Livre numérique et littérature

Intervenante Pandora’s Box : Bérénice Belpaire

Documents visuels de la collaboration :

ecran_squeeze1AT auteurs2 CL go

squeeze-6-2La Revue Squeeze a fait appel à Pandora’s Box pour faire une étude sur les différents formats existants du livre numérique et la création de sa plateforme de diffusion littéraire.

Dans la jungle des formats d’éditions, issus des terminaux développés par les grandes enseignes de distribution du livre (liseuses),  nous avions à déterminer le format et l’outil d’édition (libre de préférence) à utiliser.

La Revue Squeeze édite les textes originaux d’auteurs littéraires contemporains dans des formats exclusivement numériques et diffuse sa revue gratuitement sur le web. De plus, elle désire offrir à ses lecteurs la possibilité de pouvoir lire le format qui lui convient : liseuses, terminaux de lecture propriétaires, Smart phone ou …impression papier pour les irréductibles de la lecture matérialisée. Le parti-pris très clair de la revue est l’écrit sans concession à d’hypothétiques animations multimédia, à l’exception peut-être du son qui fait sens pour les mal-voyants dans le monde de la lecture.

Au terme de cette étude, nous avons choisi 3 formats qui couvrent ces besoins : MOBI, PDF et Epub. Ce dernier est lu de façon universelle par tous les terminaux via des readers à installer localement. Il semble le plus prometteur pour l’avenir de l’édition du livre numérique car développé dans la communauté du libre, sans doute comme le mp3 pour le son à l’époque…

Le choix de l’éditeur Epub pour la construction des livres s’est fixé sur SIGIL, projet développé sous licence libre. Ce projet d’éditeur a pris depuis son essor et s’enrichit régulièrement.

Depuis 2011, Pandora’s Box collabore régulièrement avec la Revue Squeeze pour le développement de son entreprise littéraire, la promotion de la littérature française contemporaine à l’étranger (en cours : « Furious« , édition en anglais des auteurs de la revue) sous la forme d’une édition originale et la recherche d’un modèle économique visant à une relative autonomie financière de sa structure en tant qu’éditeur.

Les objectifs de la Revue Squeeze intéressent Pandora’s Box au plus haut point car le livre numérique n’a pas encore vraiment trouvé son public et ses usages.

Un changement est en train de s’opérer sur la dématérialisation du livre sans pour autant convaincre le public à s’engager pleinement dans cet usage.

Les liseuses ont certes fait des progrès techniques sur le confort de lecture et leurs fonctionnalités mais sont encore trop souvent affiliées à une offre propriétaire peu attrayante : rééditions d’ouvrages tombés dans le droit public, vente onéreuse de l’édition numérique, un choix qui manque de variété quant aux auteurs actuels.

Les grands éditeurs ne font pas beaucoup d’efforts sur les prix qu’ils proposent au téléchargement : à peine quelques euros de différence avec le livre papier…sans pouvoir honnêtement justifier ce manque de différentiel sur le coût de revient de cette forme de distribution. Elle reste inexpliquée à notre sens car nous pensons que la dématérialisation ne fera que s’ajouter à l’offre papier, non la faire disparaître.

Le livre, depuis la révolution de l’imprimerie, est un objet simple et pratique qui s’échange et a pour vocation de circuler. Le livre numérique refait apparaître cette urgence de la littérature avec la possibilité de créer des contenus et du sens, simplement entre l’écrit et le lecteur sans en appeler à des applications multimédia dont l’utilisation et les finalités sont bien différentes. Car notre intérêt principal ici est bien celui de la littérature, pas du « beau » livre, type livre d’art, d’illustrations etc.

La volonté des acteurs économiques du marché du livre d’essayer d’imposer et de circonscrire les usages numériques par des restrictions (matérielles : terminaux de lecture et formats propriétaires des livres ; logicielles : propriété et distribution sur des plateformes payantes ; légales : DRM…) retardent de façon évidente l’évolution et la popularisation du livre dématérialisé.

En ce sens, nous avons choisi d’œuvrer et d’agir sur ce sujet en défendant une production littéraire numérique qui se fonderait à la fois sur l’innovation, la création et les auteurs, l’échange et de participer à l’invention d’un nouveau modèle d’édition.

La littérature, les écrits, doivent pouvoir être accessibles à tous de façon populaire, au sens le plus noble du terme. Les lecteurs existent, à nous de les convaincre que cette révolution numérique leur appartient aussi.

Partagez cet article :

Les commentaires sont fermés.